Alena - Tailleur

Je suis tombée amoureuse de mon métier au tout début de mon parcours et j'ai réalisé qu'il n'y avait rien d'autre que je voulais faire. J'aime les défis et les complexités où j'ai besoin d'activer mon cerveau.

Mon expérience me permet d'occuper un poste supérieur (on m'a proposé d'être maître et technologue auparavant), mais je me suis surpris à rester fidèle à mon métier. Cela ne me semble pas une décision étrange, je suis étonné de ne jamais m'ennuyer.

Il y a de bons salaires et de bonnes conditions de travail à Gaâla, Les lieux de travail, l'environnement, la température et la luminosité, à mon avis, tout est parfait. J'ai aussi de bons retours de Kelly et Alexander ; commentaires et suggestions qui m'aident à travailler à pleine mesure afin que les clients puissent obtenir des produits de haute qualité, exactement ce qu'ils méritent.

Alina - Tailleur

Je n'avais jamais pensé à la durabilité auparavant et j'ai été surpris d'apprendre la philosophie de Gaâla. Pourquoi certaines marques se soucient de l'environnement et d'autres non ? Il n'est jamais trop tard pour apprendre à faire le bien, je pense.

Je peux dire d'après mon expérience que de si beaux designs sont si rares - je suis heureux de travailler avec eux chez Gaâla. Quand tu couds un modèle pour la première fois c'est plutôt un challenge, puis- tu commences à l'aimer, j'imagine une femme qui le porte quelque part à Paris ou en Europe. Par-dessus tout, j'aime les robes et plus elles sont compliquées plus ça me plait. Je le prends comme un défi : "Puis-je le faire" ?

J'aime le processus de couture de vêtements exclusifs. J'aime mon travail : j'en retire une satisfaction spirituelle. J'éprouve également un plaisir émotionnel à communiquer avec les gens d'ici. Quand je vois à quel point Kelly et Alexander sont dévoués à leur travail je me dis: "Pourquoi ne le serais-je pas moi aussi" ? Et cette entreprise m’est de plus en plus chère. Nous sommes traités avec dignité : ils nous tiennent au courant, se soucient de notre bien-être, répondent aux questions, nous respectent; ici, nous sommes pris au sérieux, et je dirais que c'est juste, car la couture est une profession respectée.

Je trouve cet environnement très motivant- nous voulons nous perfectionner et continuer d’évoluer. Nous avons déjà appris à travailler la soie et les tissus légers, la prochaine étape est d'apprendre l'anglais. Ce n'est pas une blague - nous voulons écouter des leçons audio dans l'atelier pour apprendre des phrases liées à notre métier. On se demande ce que Kelly pense d’un vêtement, et quand elle nous en parle on ne comprend pas toujours. Je veux dire : Kelly en sait un peu sur le russe, pourquoi ne pouvons-nous pas en savoir un peu sur l'anglais ?

Anna - Tailleur

J'ai toujours aimé coudre. Je pense que cela a commencé avec mes cours de travaux pratiques à l'école où nous cousions des tabliers et des taies d'oreiller. Je n'aurais jamais pensé être tailleur, c'est arrivé! A cette époque, beaucoup de filles aspiraient à être tailleur/couturières bien que ce ne soit pas facile d’y accéder. Je dois aussi dire que si j'avais la chance de choisir à nouveau, je prendrais la même décision. Je ne regrette rien: je ne m'imagine même pas dans un autre métier.

J'aime où je suis et qui je suis. J'apprécie mon travail chez Gaâla, tous les produits que je fabrique, l'opportunité d'assister à toutes les étapes du processus de confection d'un vêtement, de réfléchir, de créer. J'aime l'équipe et les gens avec qui je travaille et l'inspiration que nous apportent Kelly et Alexander. J'aime ces beaux motifs que nous réalisons, tous, mais surtout à partir de lin. J'adore le lin. J'appelle les modèles Gaâla " riches en simplicité "- ils sont parfaits. J'aime tout ici.

Olga - Coupe-échantillon

J'ai beaucoup d'expérience professionnelle, mais malgré cela, une fois arrivée à Gaâla, j'ai rencontré quelques difficultés. La soie est un tissu très souple, délicat et capricieux. La coupe doit être la plus précise possible car elle influe sur la qualité de la couture. Je ressens une énorme responsabilité. Dans ce métier on continue d’apprendre tous les jours et je suis reconnaissante de cette opportunité chez Gaâla .

Par-dessus tout, j'aime quand les nouveaux designs arrivent, je le comparerais même à la naissance d'une nouvelle vie. Il n'y a qu'une chose à ce sujet : dès que je commence à aimer un modèle, un autre apparaît, et maintenant j'ai d'innombrables amours.